Vous êtes ici

Quelle place pour l'électricité dans les exports français ?

Comment payer son électricité moins cher ?Les experts Selectra font baisser vos factures : jusqu'à 200 € d'économies par an !
                                            09 73 72 25 00
Rappel gratuit
 Comparateur
en ligne


La France connaît un déficit commercial faramineux, qui atteint 67 milliards d'euros en 2012. Face à cela, les gouvernements successifs veulent trouver dans l'Hexagone des champions d'envergure mondiale. L'électricité, dont le pays est un champion compte à plusieurs niveaux: la construction de centrales à l'export, mais aussi l'exportation d'électricité produite en France. Le point sur les exports d'électricité de notre pays.

La France exporte de moins en moins d'électricité

Historique du solde exportateur d'électricité français
  2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2013
Export en TWh 76 64,6 60,4 58,6 61,9 55,5 46,6 24,6 47,2

Les exportations françaises sont en baisse quasi constante depuis le début des années 2000. En effet, aucun réacteur nucléaire n'a été mis en service sur cette période, les énergies renouvelables se développent lentement et la consommation d'électricité a augmenté. En outre, depuis 2004, la France importe d'Allemagne plus d'électricité qu'elle n'en exporte.

La France exporte vers tous ses voisins, mais importe de l'Allemagne

Nos principaux voisins absorbent chaque année près de 10% de la production hexagonale, notamment l'Italie qui connaît un déficit électrique criant, et dont la capacité d'importation de France est toujours limitée par les capacités des interconnexions.

Echanges contractuels d'électricité en 2013 entre la France et ses voisins

Carte des échanges contractuels entre la France et ses voisins en 2013, RTE.

Le plus gros importateur est la Suisse, suivi de l'Italie et de la Belgique. Le Royaume-Uni a également importé une dizaine de TWh en 2013. L'Espagne, en revanche, exporte une quantité significative d'électricité éolienne vers la France, ce qui lui permet de lisser ses pics de production. On retrouve là un succès du marché intérieur de l'électricité, qui permet une intégration plus facile des énergies renouvelables.

L'Allemagne connaît une situation proche de celle de l'Espagne, mais avec des exportations en beaucoup plus grande quantité. Les parcs éoliens et solaires allemands sont en effet en très développés, et le seul éolien couvre désormais plus de 10% de la production allemande. Les pics, lorsque le vent souffle bien, conduisent à un surplus de production outre-Rhin, exporté vers la France.

L'exportation d'électricité, une goutte d'eau dans la balance commerciale

Alors, quel profit la France tire-t-elle de l'exportation de son électricité? Essentiellement nucléaire, l'électricité exportée profite essentiellement à EDF, principal producteur de l'Hexagone, et à l'Etat, son actionnaire à 80%.

Le solde exportateur 2013 s'élève à 47,2 TWh selon le rapport annuel 2013 de RTE. Avec un prix spot moyen de 43 euros, et un ARENH à 42 euros/MWh, on peut estimer le poids de l'électricité dans la balance commerciale française 2013 à environ 2 milliards d'euros. Le secteur énergétique français a connu en 2012 un solde importateur de 69 milliards d'euros, notamment lié au pétrole. L'électricité est donc encore bien loin de compenser, par l'exportation, le facture énergétique payée aux Etats pétroliers.

Vote: 
4
Average: 4 (1 vote)
Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus