Fin des boucliers tarifaires : quel impact sur les copropriétés ?

Mis à jour le
min de lecture

Depuis plusieurs années, les boucliers tarifaires électricité et gaz ont joué un rôle essentiel dans la protection des consommateurs contre les fluctuations de prix dans le secteur de l’énergie. Cependant, avec la fin de ces mécanismes, les copropriétés se retrouvent face à de nouveaux défis.

Cotoit, syndic de copropriété en ligne, explore les implications de la fin des boucliers tarifaires sur les immeubles en copropriété et les mesures à prendre pour atténuer leur impact.

Les boucliers tarifaires gaz et électricité

Le bouclier tarifaire a été instauré en réponse à la flambée des prix de l’énergie en France et en Europe. Il visait à limiter les augmentations successives des tarifs de l’électricité et du gaz, tout en tenant compte d’autres dépenses pesant déjà sur les foyers.

Voici les points clés à retenir :

  • Électricité : le bouclier tarifaire pour l’électricité a été maintenu jusqu’à début 2025. En 2023,
    il a permis de contenir la hausse des prix à 15 %, comparé à 4 % en 2022.
  • Gaz : le bouclier tarifaire gaz a pris fin en décembre 2023. Cela s’explique par des conditions de marché qui devraient revenir à la normale. Cependant, le bouclier « collectif » gaz dédié aux copropriétés continuera de s’appliquer jusqu’au 31 décembre 2024, même s’il est actuellement inactif en raison de la baisse des prix de l’énergie.

L’impact sur les copropriétés

  • Électricité : avec le bouclier tarifaire pour l’électricité, les copropriétés ont bénéficié d’une limitation de la hausse des prix à 15 % en 2023. Pour illustrer son impact, considérons un ménage moyen : la hausse moyenne par ménage a été de 20 € par mois avec le bouclier tarifaire, contre 180 € par mois sans ce dispositif. En d’autres termes, les consommateurs ont économisé environ 160 € par mois, soit 1 920 € par an sur leur facture d’électricité.
  • Gaz : la fin du bouclier tarifaire gaz signifie que les copropriétés devront faire face à des prix non plafonnés pour le gaz. Cependant, le bouclier « collectif » gaz continuera de s’appliquer jusqu’à fin 2024, même si les prix du gaz sont actuellement inférieurs aux tarifs plafonnés. Il est essentiel que les copropriétés surveillent attentivement leurs factures et anticipent les fluctuations des prix du gaz.

Quelles solutions pour économiser l'énergie en copropriété ?

1. Réaliser des travaux de rénovation énergétique : audit énergétique, isolation thermique,
changement des menuiseries, optimisation du chauffage, éclairage LED.
2. Installer des thermostats programmables : personnalisation des plages horaires, contrôle à distance, adaptation à chaque pièce.

À noter : le gouvernement encourage l’installation de thermostats programmables en lançant le plan thermostat. Vous pouvez bénéficier d’une aide financière si vous faites installer un thermostat programmable connecté dans votre logement entre le 1er décembre 2023 et le 31 décembre 2024. Selon l’Ademe, s’équiper d’un thermostat programmable connecté permettrait de réduire jusqu’à 15 % de sa facture de chauffage.

3. Poser des panneaux solaires photovoltaïques : ils peuvent alimenter les parties
communes de la copropriété (les éclairages, les ascenseurs, les systèmes de chauffage).

À noter : avant toute installation, il est essentiel de réaliser une étude technique par une entreprise spécialisée. Cette étude évalue la faisabilité du projet, la qualité de l’isolation, la structure du bâtiment, etc. L’accord de l'assemblée générale est nécessaire.

4. Adopter des éco-gestes quotidiennement : entretenir ses installations de chauffage et
d’eau, opter pour des appareils électroménagers adaptés et à basse consommation, réduire le chauffage de 1 °C, économiser sur les éclairages, vérifier et optimiser l’isolation, limiter sa
consommation d’eau, diminuer la température de l’eau utilisée, éteindre ses appareils en
veille, bien entretenir son réfrigérateur et son congélateur, éviter certaines pratiques trop
énergivores (préférer le ventilateur à la climatisation…).

Quel est le rôle du syndic ?

1. Analyser les factures d’électricité et de gaz de la copropriété : cela permettra de mieux
comprendre la consommation et de détecter rapidement toute augmentation significative.
2. Sensibiliser les copropriétaires sur les enjeux liés aux dépenses énergétiques pour discuter des mesures d’économie d’énergie et des moyens de réduire les coûts.
3. Étudier les contrats d’approvisionnement en électricité et en gaz de la copropriété : si nécessaire, il faut envisager de renégocier les contrats pour obtenir des tarifs plus
avantageux.
4. Suivre les évolutions du marché de l’énergie pour anticiper les hausses potentielles et
s’adapter en conséquence.
5. Constituer un fonds de réserve spécifique pour les dépenses énergétiques pour faire
face aux augmentations inattendues sans impacter les charges des copropriétaires.

La fin des boucliers tarifaires a des implications significatives pour les copropriétés. Il est essentiel que les syndics et les gestionnaires de copropriété restent informés des évolutions du marché de l’énergie et conseillent leurs copropriétaires en conséquence. La vigilance et la planification sont essentielles pour atténuer l’impact financier sur les copropriétés.