Vous êtes ici

Comment un Fournisseur peut-il Vendre l’Electricité Moins Chère qu’EDF ?

Comment payer son électricité moins cher ?Baissez vos factures : jusqu'à 200 € d'économies par an en choisissant un fournisseur d’énergie moins cher.
09 74 59 22 19 ou Rappel gratuit
(lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h)


EDF est le fournisseur historique de l'électricité en France. Définis par l'Etat, ses tarifs servent de base de prix et sont fixés par de nombreux facteurs tels que la production et l'approvisionnement ou le transport. Alors qu'EDF dispose du plus grand parc nucléaire au monde, dont une bonne partie est amortie, comment expliquer que des fournisseurs alternatifs, dont la plupart ne produit pas son électricité, puissent proposer des prix plus bas que ceux d'EDF ?

contrat d'électricité

Des coûts de production de plus en plus élevés pour EDF

EDF produit de l'électricité quand la plupart des fournisseurs alternatifs doivent l’acheter. Or le nucléaire, que l'on pensait amorti, coûte cher à EDF : plan de grand carénage, sécurité, EPR, Areva..., les prix sur les marchés de gros étaient plutôt bas jusqu'au milieu de l'année 2018, souvent sous l’ARENH, et les énergies renouvelables tendent à devenir moins chères que le nucléaire - qu’EDF privilégie encore beaucoup. Ces dernières années, l’ancienne entreprise publique a dû faire face à une hausse de ses coûts de production notamment à cause du vieillissement de son parc de production et des nouvelles lois de sûreté nucléaire (principalement le Plan de Grand Carénage) visant à limiter les risques d’accident au sein des centrales nucléaires françaises.

Le parc de production électrique d’EDF

Contrairement à la plupart des autres fournisseurs, EDF est à la fois producteur et fournisseur d’électricité. C’est à dire que l’entreprise possède ses propres moyens de production. En 2017, le parc de production EDF était ainsi constitué de :

  1. centrales nucléaires qui fournissent 86% de l’électricité produite par EDF  ;
  2. centrales hydrauliques (comme les barrages électriques) qui représentent 5.3% de l’énergie produite puis les centrales thermiques ;
  3. les sources renouvelables.
usine nucléaire

Le parc nucléaire d’EDF

Le parc nucléaire français est composé de 58 réacteurs répartis dans 19 centrales nucléaires sur l’ensemble du pays. L’ensemble de ces réacteurs appartiennent à EDF qui les utilisent pour la production d’électricité. A noter, la déconstruction prévue ou en cours de 9 réacteurs ayant atteint un âge trop avancé.

Le nucléaire est ainsi la première source d’électricité en France puisqu’elle générait 71.6% de la production française en 2017 (selon le bilan électrique 2017 du RTE). La France est ainsi le deuxième producteur mondial d’électricité d’origine nucléaire dans le monde derrière les Etats-Unis et le premier proportionnellement au nombre d’habitants.

Si son parc nucléaire permet à EDF d’être quasiment autonome et donc de produire l’électricité qu’elle commercialise, le vieillissement des centrales nucléaires entraîne une hausse des coûts pour l’entreprise. EDF voit ainsi ses charges de maintenance augmenter de 5% par an comme le souligne un rapport de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE). Ces hausses de coûts s’expliquent par le déploiement d’un référentiel de sûreté toujours plus exigeant, le remplacement de gros composants arrivant en fin de vie ou encore la mise en oeuvre des prescriptions de l’Autorité de sûreté nucléaire suite à l’accident de Fukushima. Il faut ajouter à cela des coûts d’investissement élevés avec notamment la construction de l’EPR de Flamanville qui devait être livré en 2012 mais donc la construction continue à prendre du retard à cause d’anomalies de construction.

barrage

Les centrales hydrauliques d’EDF

En plus de l’énergie nucléaire, EDF produit 10% de son électricité via les 433 centrales hydrauliques réparties sur le territoire. Non émetteur de CO2, ce moyen de production est aujourd’hui la première des énergies non polluantes. En 2017, l'hydraulique représentait 19,5% de la production d'électricité française.

Exploitée depuis la fin du XIXe siècle, cette source d’électricité constitue pour EDF un autre poste de dépenses et d’investissement. Le projet Super Hydro lancé en 2007 prévoit la modernisation des infrastructures hydrauliques. Ce qui entraîne là encore une hausse des coûts pour le fournisseur historique.

production verte d'électricité

Les énergies renouvelables d’EDF

En plus de l’hydraulique, il existe 5 types d’énergie renouvelable :

  • l’éolien ;
  • le solaire ;
  • la géothermie ;
  • la biomasse ;
  • les énergies marines.

Ces sources alternatives représentaient en 2017, 7.9% de la production d’électricité française. La production d'énergie par ces sources augmente d'ailleurs en continu depuis 2014. Ce type de sources d’énergie représente l’avenir pour EDF qui déclarait en 2015 vouloir doubler sa production d’énergies renouvelables d’ici à 2030. Ce qui constitue pour l’entreprise un nouveau poste d’investissement en plus du nucléaire et de l’hydraulique.

EDF n'est d'ailleurs pas le seul fournisseur à investir dans l'électricité renouvelable. Conscients de son enjeu de plus en plus important, de très nombreux fournisseurs proposent à leurs souscripteurs de l'électricité verte moins chère qu'EDF.

La revente du surplus d’électricité produite par EDF

En tant que producteur d’électricité, EDF peut revendre cette électricité à d’autres fournisseurs sur le marché de gros ou alors dans le cadre du dispositif ARENH (Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire Historique). Ce dispositif prévoit que les fournisseurs demandeurs peuvent signer un accord avec EDF afin d’acheter de l’électricité au fournisseur historique à un prix régulé.

  • La composition du prix de l'électricité
  • les coûts de production (mentionnés plus haut) ;
  • les coûts d’acheminement : qui correspondent aux coûts de transport de l’électricité via les réseaux de transport (haute tension) et de distribution (moyenne et basse tension) ;
  • les taxes : fixées par l'Etat et au nombre de 4 (voir plus bas).

Chaque part de ce prix global représente environ un tiers de la facture finale du consommateur.

Des coûts d’approvisionnement et de production compétitifs pour les concurrents d’EDF

prix de l'électricité

Contrairement à EDF, les fournisseurs alternatifs comme Direct Energie, Total Spring, ou Mint Energie ne possèdent pas autant d’infrastructures de production d’énergie qui coûtent cher en entretien, comme les centrales nucléaires d’EDF. Ils n’ont ainsi pas besoin de couvrir autant de coûts de structure et peuvent se permettre de vendre leur électricité à des prix inférieurs à EDF. De plus s’approvisionnant sur le marché de gros européen, ces fournisseurs peuvent acheter de l’énergie à des prix moins élevés que le coût de revient d’un kWh d’électricité pour EDF.

D’où vient l’électricité des fournisseurs alternatifs ?

Les fournisseurs se procurent l’électricité qu’ils vendent sur le marché de gros européen, auprès d’EDF via l’ARENH ou pour certains via leurs propres moyens de production. A l’exception de Total Spring, Direct Energie, Ilek, GEG, Enercoop et Energie d'Ici, la plupart des fournisseurs alternatifs d’électricité ne produisent pas l’électricité qu’ils vendent.

L’Accès Régulé à l'Energie Nucléaire Historique

Comme mentionné plus haut, les fournisseurs d’électricité ont la possibilité de s’approvisionner en énergie auprès d’EDF via l’ARENH. Cette mesure fixe un tarif régulé auquel EDF doit vendre de l’électricité d’origine nucléaire à ses concurrents sur le marché. Les fournisseurs souhaitant s'approvisionner auprès d’EDF doivent transmettre une demande à la CRE (commission de régulation de l’énergie) en communicant les prévisions de consommations de leurs clients. A partir de ces données, la CRE va décider d’accorder un certain volume d’électricité au fournisseur.

Les marchés de gros

Le marché de gros désigne l’endroit où l’électricité se vend et s’achète. C’est la que les fournisseurs peuvent s’approvisionner avant de délivrer l’énergie à leurs clients. Le marché de gros est donc un lieu d’échange où se rencontrent les producteurs, les fournisseurs et les intermédiaires. Le principal marché de gros en France est l’EPEXSpot.

Des coûts de fonctionnement et de commercialisation biens plus bas chez les fournisseurs alternatifs

Alors que le géant de l'électricité EDF comptait quelques 69 000 employés en France à la fin de l'année 2016, les fournisseurs alternatifs bénéficient, eux des avantages d'une petite structure avec moins de main-d'oeuvre. Pour avoir un ordre d'idée, Direct Energie emploie aujourd'hui 650 personnes alors que les plus petits fournisseurs ne possèdent qu'une dizaine d'employés. Les fournisseurs alternatifs tirent ainsi l'avantage d'avoir moins de dépenses liées à leur personnel : masse salariale et coûts du comité d'entreprise par exemple. Par ailleurs, même si la communication des fournisseurs alternatifs s'est accru ces dernières années, ceux-ci ont beaucoup moins de frais Marketing qu'un gros groupe comme EDF.

Arracher des souscripteurs à EDF, résisiter à la concurrence féroce du marché (il existe plus de 30 fournisseurs d'électricité en France) pour être le plus compétitif possible sont les principaux paris de ces fournisseurs et cela passe inéluctablement par des réductions... Tout en gardant à l'esprit que leurs marges de manoeuvre est fine puiqu'ils ne peuvent impacter leurs tarifs seulement sur le tiers du prix TTC.

Des coûts du transport de l’électricité commun à tous

transport d'électricité

L’électricité est donc acheminée chez le consommateur via des réseaux. Ces réseaux sont gérés par des acteurs autres que les fournisseurs d’énergie: les gestionnaires de réseaux. Ainsi, quel que soit le fournisseur, il est en relation avec le même gestionnaire de réseaux : RTE pour le transport et ENEDIS pour la distribution. Les coûts liés à ces prestations sont donc communs à tous les fournisseurs. Ces coûts sont rassemblés sous un tarif commun à tous: le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’électricité ou TURPE.

Les taxes sur l’électricité égales pour tous les Français

La facture finale du consommateur tient compte des nombreuses taxes sur l’électricité. En effet, celles-ci représentent environ un tiers du coût de l’électricité. Ces taxes sont au nombre de quatre :

  1. la CSPE (ou Contribution au Service Public de l’Electricité) : cette taxe finance la transition énergétique ou encore le chèque énergie (anciennement tarif de première nécessité).
  2. La TVA (ou Taxe sur la Valeur Ajoutée) : 20% sur le prix du kWh et 5,5% sur l’abonnement.
  3. La TCFE (ou Taxe sur la Consommation Finale de l’Electricité) : taxe locale versée aux communes et départements.
  4. La CTA (ou Contribution Tarifaire d’Acheminement) : 27,04% de la part fixe du TURPE.

Ces nombreuses taxes ne dépendent donc pas des fournisseurs d’électricité. Ainsi une grande partie du prix de l’électricité est indépendante des fournisseurs. Globalement une analyse du prix de l’électricité nous amène à cette conclusion qu’avec des coûts d’achat plutôt bas, de l’énergie verte moins coûteuse que du nucléaire pour ceux qui investissent dans la production, des petites structures moins coûteuses et une bonne gestion, les fournisseurs alternatifs peuvent faire la différence. Même s’ils ne peuvent rien sur environ ⅔ du prix.

Qui décide du prix de l’électricité ?

Comme détaillé plus haut, la décomposition du prix de l'électricité comporte 3 parties plus ou moins équivalentes. L'Etat à un rôle important dans la fixation des tarifs de l'électricité, surtout en ce qui concerne les prix d'EDF. Il existe donc 2 types de tarifs : les tarifs réglementés (ou tarif bleu pour les particuliers) d'EDF (et d'Engie pour le gaz) et les offres de marchés par les fournisseurs alternatifs.

La fixation du tarif réglementé d’EDF

Les tarifs réglementés de vente de l'électricité sont fixés tous les ans par les ministères en charge de l’économie et de l’énergie sur proposition de la CRE (commission de régulation de l’énergie). Une évolution des prix de l'électricité a par ailleurs lieu 2 fois par an. Ce n’est donc pas EDF qui a la décision finale concernant la fixation de ses tarifs. Les tarifs réglementés proposent les prix parmi les plus élevés du marché.

Les offres de marché

Comme tout bien, l’électricité possède un marché où le prix varie en fonction de l’offre et de la demande. Ce marché est un marché de gros où viennent s’approvisionner les fournisseurs. Pour le marché français, il s’agit de l’EPEXSpot, un marché européen.

Les offres de marchés sont des offres où les prix sont établis librement par les fournisseurs. Il y a 2 principaux types d’offres :

  • les offres indexées : le tarif du kWh d’électricité garantit un pourcentage réduction par rapport au tarif réglementé (ou Tarif Bleu pour les particuliers) et le suit, à la hausse ou à la baisse.
  • les offres fixes : le tarif du kWh d’électricité est bloqué et permet de ne pas dépendre des variations du tarif réglementé (variations à la hausse le plus souvent). D'ailleurs il est parfois établi en dessous du tarif réglementé au moment de la souscription. Certaines offres fixes permettent même une révision à la baisse du tarif du kWh à chaque anniversaire du contrat.
prix indexésprix fixes

Schémas explicatifs des offres à prix indexés (à gauche) et à prix fixes (à droite)

Les fournisseurs avec de l’électricité moins chère qu’EDF

Les concurrents d'EDF

balance avec des ampoules électriques

Depuis 2007, de nombreux fournisseurs d'électricité viennent faire concurrence à EDF. Encore leader du marché avec plus de 3/4 des foyers français fin 2018, EDF voit néanmoins ces nouveaux founisseurs lui prendre petit à petit des parts de marché.

Afin d'être les plus compétitifs possible, les fournisseurs alternatifs commercialisent des offres proposant des réductions plus ou moins importantes par rapport au tarif bleu. Il s'agit du tarif réglementé EDF servant de prix de base de l'électricité pour les particuliers. Cette remise peut s'appliquer sur :

Payer son électricité moins chèreBien choisir son fournisseur, s'assurer de la bonne puissance de son compteur électrique... Il existe plusieurs façons d'obtenir de l'électricité moins chère !

Nous avons recensé dans le tableau ci-dessous certaines des offres d'électricité les plus intéressantes du marché. Les prix indiqués sont TTC et pour une puissance de compteur de 6 kVA.

Prix des concurrents d'EDF
Fournisseurs & Offres Prix Abonnement annuel Base Prix kWh Base Prix Abonnement annuel HPHC Heures pleines TTC Heures creuses TTC Contact
EDF
Tarif Bleu
110.56€ 0.1450€ 123.65€ 0.1579€ 0.1228€ Numéro EDF
Happe
Offre Happ-e d'Engie
110.56€ 0.1365€ 123.65€ 0.1483€ 0.1161€ 09 75 18 65 41
Direct Energie
Offre Online
110.56€ 0.1344€ 123.65€ 0.1459€ 0.1143€ 09 87 67 54 76
Total Spring
Offre Total Spring
110.56€ 0.1342€ 123.65€ 0.1458€ 0.1142€ 09 75 18 77 00
Mint Energie
Offre 100% Online & Green
110.56€ 0.1322€ 123.65€ 0.1435€ 0.1126€ 09 74 59 46 30

Tarifs TTC à jour au 6 novembre 2018 pour un compteur à 6 kVA

Comment quitter EDF ?

Très peu de français savent qu'il est possible de résilier son contrat de fourniture :

  • à tout moment ;
  • sans délai ;
  • gratuitement ;
  • et sans aucun risque de coupure dans son logement.

Tous les contrats d'électricité sont sans engagement, qu'importe le fournisseur. Changer de fournisseur est ainsi très facile : il suffit de sélectionner l'offre la plus intéressante du fournisseur de son choix. Celui-ci se chargera lui-même de la résiliation de l'ancien contrat. Résilier son contrat peut se faire en un seul coup de fil. La simplicité des démarches et les économies intéressantes (même pour des offres vertes) convainquent,  chaque mois, 100 000 foyers français à quitter EDF.

Souscrire chez de fournisseur moins cher en un appelNos conseillers sont disponibles gratuitement au 09 74 59 22 19 (lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h) pour guider les consommateurs dans ces démarches ou leur recherche de l'offre d'électricité la plus intéressante selon leur profil.

Vote: 
0
Aucun vote pour le moment
Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus